Sa transformation

Les demi-produits en aluminium et en alliage d’aluminium sont fabriqués par laminage, par filage ou grâce à la fonderie. Ce sont les trois principaux procédés de mise en forme. La consommation mondiale de demi-produits laminés est d’environ 50 % de la consommation totale. Celle des demi-produits filés est d’environ 25 %.

LE PRINCIPE DU LAMINAGE

Laminage

Le laminage est un processus continu qui consiste à réduire l’épaisseur d’une plaque de métal par passages successifs entre des cylindres, opérations au cours desquelles l’aluminium est à la fois écrasé et étiré. Partant de la plaque de fonderie, d’une épaisseur d’environ 50 cm, on peut ainsi obtenir des bandes d’aluminium de quelques microns d’épaisseur. La production de laminés d’aluminium s’effectue selon deux phases principales, le laminage d’ébauche à chaud et le laminage de finition à froid.

>> Pour en savoir plus

LE PRINCIPE DU FILAGE

Filage

Le filage de l’aluminium permet d’obtenir des profilés aux sections et formes très variées, en plein, en creux ou semi-creux. Facteur essentiel de progrès technologiques par le nombre de solutions techniques nouvelles qu’il autorise, le profilé d’aluminium connaît des applications grandissantes dans les secteurs industriels les plus divers : transport, bâtiment, aéronautique, etc. un développement expliqué par ses grandes qualités mécaniques de résistance et de légèreté, sa résistance à la corrosion, sa durabilité et son esthétique.

>> Pour en savoir plus

LE PRINCIPE DE LA FONDERIE

Fonderie
La transformation s’opère également à l’état liquide avec la fonderie, qui représente un domaine d’activité assez diversifié : automobile, matériel de manutention, équipement industriel, matériel électrique, aéronautique. Elle consiste à couler de l’aluminium ou un alliage liquide dans un moule pour reproduire, après refroidissement, une pièce donnée (forme intérieure et extérieure) en limitant autant que possible les travaux ultérieurs de finition. >> Pour en savoir plus

LES TRAITEMENTS DE SURFACE

L’aluminium est le matériau de la couleur, celui qui offre la plus grande liberté au concepteur. Deux grandes familles de traitement de surface sont utilisées : l’anodisation, procédé exclusif à l’aluminium, et le thermo laquage, procédé qui permet de peindre le matériau « à vie ».

>> Pour en savoir plus

Le principe du laminage

LE LAMINAGE D’EBAUCHE
Pratiqué à chaud à environ 500 °C, il permet de réduire rapidement les épaisseurs des plaques de fonderie de 60 cm à 3 mm.

LE LAMINAGE DE FINITION
Il est réalisé à température ambiante, et permet d’obtenir des tôles ou bandes d’aluminium avec une grande précision au niveau des caractéristiques dimensionnelles, de l’homogénéité de la structure de l’alliage et de la qualité de surface souhaitée par le client.

L’ensemble des opérations mobilise des matériels et des technologies de pointe traitant des lots d’alliage importants, de plus de 10 tonnes par bobine laminée.

Les bobines issues du laminage subissent des opérations de parachèvement : cisaillage, refendage, sciage, traitements thermiques, planage, contrôles, qui aboutissent aux demi-produits utilisés par les transformateurs.
Les principaux secteurs d’application du laminage de l’aluminium sont : les transports, l’emballage, le bâtiment, les équipements domestiques ainsi que les constructions mécaniques et électriques.

UN PROCESSUS COMPLEXE

Le laminage à chaud demande une grande maîtrise des températures de l’alliage en cours de processus, une exigence qui a impliqué la mise au point de techniques de refroidissement sophistiquées pour les cylindres. Des émulsions lubrifiantes, savamment élaborées et choisies, vont conditionner l’entraînement du métal entre les cylindres ainsi que l’état de surface de l’alliage laminé.
Les opérations de laminage nécessitent des systèmes de régulation très complexes qui agissent simultanément sur l’écartement des cylindres, sur la retenue du débobinage et la traction de bobinage ou l’accélération de la vitesse de laminage. Les défauts d’épaisseur ou de planéité sont détectés par des capteurs électroniques ultrasensibles qui permettent de corriger très rapidement les réglages. Chaque laminoir possède en outre un certain nombre d’outils auxiliaires pour cisailler les extrémités et les rives des produits laminés, ainsi que pour embobiner, dérouler, convoyer et évacuer les bobines d’aluminium. à ce stade, l’automatisation et l’informatisation des laminoirs permettent d’optimiser leurs possibilités en productivité et précision.