Climat et empreinte carbone

Les impacts sur le climat sont des enjeux pour notre civilisation et nos générations futures. Émettre moins de gaz à effet de serre doit être la préoccupation de toutes et tous.

Pour l’industrie de l’aluminium, baisser l’empreinte carbone un enjeu prioritaire depuis de nombreuses années, et particulièrement en France et en Europe.

Baisser l’empreinte carbone doit s’opérer sur tous les fronts et l’aluminium est un matériau au service des accords internationaux de lutte contre le changement climatique de par son utilisation et sa production.

Utilisation et application

Parmi les nombreux avantages de l’aluminium, celui d’être léger et recyclable à l’infini contribue massivement à la décarbonation :

2 fois plus léger que l’acier, l’aluminium permet de réduire le poids de tous les véhicules qu’ils soient terrestres, nautiques, spatiales, aériens ou souterrains, en se substituant à de nombreux autres matériaux plus lourd comme le cuivre ou l’acier pour des performances techniques équivalentes.

Empreinte carbone

L’aluminium se recyclage de nombreuses fois, sans perte de ses caractéristique technique si les opérations de tri le permettent. Recycler une tonne d’aluminium permet une économie d’énergie de 95% par rapport a sa production primaire avec des émissions directes divisé par 4. Contrairement à des matériaux plus légers, l’aluminium se recycle, évitant de nombreux déchets trop souvent valoriser par incinération, avec un impact carbone important.

Notre responsabilité est de travailler à consommer des biens qui se recyclent à 100% : l’aluminium sur ce plan a de nombreuses réponses à apporter.

Production

L’empreinte carbone de la production d’aluminium est un enjeu stratégique pour l’industrie. Depuis de nombreuses années, la R&D Française travaille à l’optimisation des procédés de production tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique.

Les technologies d’électrolyse AP (Aluminium Pechiney) ont été développées en France et sont des sauts technologiques dans la production du métal. Les dernières technologies AP 60 permettent un gain considérable sur les émissions de CO2 contrairement à la technologie Soderbergh encore utilisée dans certains pays et fortement émissive de gaz à effet de serre.

Empreinte carbone de la production d’aluminium

L’empreinte carbone de l’aluminium se décompose en 3 segments :

Les émissions directes (émissions de gaz à effet de serre du site industriel), qui sont principalement liées à :

  • L’électrolyse de l’alumine,
  • La fonderie (combustion du gaz nécessaire a la fonderie)
  • La cuisson des anodes (lorsque le site a une production d’anode) – (combustion du gaz nécessaire à la cuisson)

En fonction de la technologie d’électrolyse utilisée, les émissions directes varient entre 1.8 et 2.5 tonnes de Co2/tonnes d’aluminium produite.

Les émissions indirectes (émissions de gaz à effet de serre de l’électricité nécessaire a l’électrolyse)

Les émissions indirectes dépendent du combustible utilisé pour la production d’électricité. Elles peuvent être proche de 0 si c’est de l’énergie hydraulique ou nucléaire, ou entre 15 et 20 tonnes de CO2/tonne d’aluminium produite si c’est du charbon ou du fioul lourd.

Les autres émissions :

  • Emissions liées à l‘extraction de la bauxite
  • Emissions liées à la production d’alumine
  • Emissions liées aux autres matières premières (coke, braie, graffite, …)
  • Emissions liées aux transports entre les maillons de la chaîne de valeur

Estimation des empreintes carbones par pays :

Zones pour le climat

Enjeux

Démarche Alu+ C-

Commerce international

Energie